FédérationRecherche3C Fédération3C

2020/03/05 - LNSC - Rochelle ACKERLEY Médaille de bronze 2020 CNRS

La médaille de bronze récompense les premiers travaux consacrant des chercheurs et des chercheuses spécialistes de leur domaine. Cette distinction représente un encouragement du CNRS à poursuivre des recherches bien engagées et déjà fécondes.
 

Rochelle ACKERLEY - Laboratoire de neurosciences sensorielles et cognitives (LNSC - CNRS/Aix-Marseille Université) - Délégation Provence et Corse - Institut des sciences biologiques (INSB)

site officiel

2020/03/01 - Le LNC s’intègre à l'Institut Carnot Cognition !

  • Le Label Carnot (créé en 2006) est un label d'excellence décerné à des établissements de recherche à l'issue d'appels à candidatures.
  • Les instituts Carnot favorisent le rapprochement des acteurs de la recherche publique et du monde socio-économique.
  • 37 Instituts Carnot sont labellisés pour 4 ans - 62 Millions d'Euros de financement annuels visant à renforcer la recherche partenariale

 

Depuis le 7 Février l'Institut Cognition fort de ses 22 unités dont le LNC : CHArt, IJN, LSP, EnsadLab, SCALab, LIMSI, LEAD, GIPSA-lab, LIG, IMS, IRIT, LIA, LPC – plus : LSCP, COSTECH, LaPEA, Centre BORELLI (fusion de Cognac G et CMLA au 1/1/2020), LPNC, CeRCA, CRCA, LPL avec le soutien de ses 25 tutelles : CNRS, ENS, Bordeaux INP, Univ. Bordeaux, Grenoble INP, Univ. Grenoble Alpes, Univ. Bourgogne, Univ. Lille, Univ. Toulouse 3 Paul Sabatier, Toulouse INP, Univ. Toulouse Capitole, Univ. Toulouse 2, AMU, ENSAD, Univ. Avignon, Univ. Paris 8, EPHE, EHESS, UTC, ENS Paris Saclay, Univ. Paris Descartes, IFFSTAR, Univ. Savoie, Univ. Poitiers, Univ. Tours a obtenu le label Carnot COGNITION.

 

Lien vers le communiqué de presse

2020/02/10 - LNC : Irrelevant auditory and tactile signals, but not visual signals, interact with the target onset and modulate saccade latencies

authors

  • Vidal Manuel
  • Desantis Andrea
  • Madelain Laurent

document type

ART

abstract

Saccadic eye movements bring events of interest to the center of the retina, enabling detailed visual analysis. This study explored whether irrelevant auditory (experiments A, B & F), visual (C & D) or tactile signals (E & F) delivered around the onset of a visual target modulates saccade latency. Participants were instructed to execute a quick saccade toward a target stepping left or right from a fixation position. We observed an interaction between auditory beeps or tactile vibrations and the oculomotor reaction that included two components: a warning effect resulting in faster saccades when the signal and the target were presented simultaneously; and a modulation effect with shorter-or longer-latencies when auditory and tactile signals were delivered before-or after-the target onset. Combining both modalities only increased the modulation effect to a limited extent, pointing to a saturation of the multisensory interaction with the motor control. Interestingly, irrelevant visual stimuli (black background or isoluminant noise strips in peripheral vision, flashed for 10 ms) increased saccade latency whether they were presented just before or after target onset. The lack of latency reduction with visual signals suggests that the modulation observed in the auditory and tactile experiments was not related to priming effects but rather to low-level audio-and tactile-visual integration. The increase in saccade latency observed with irrelevant visual stimuli is discussed in relation to saccadic inhibition. Our results demonstrate that signals conveying no information regarding where and when a visual target would appear modulate saccadic reactivity, much like in multisensory temporal binding, but only when these signals come from a different modality.

2020/01/20 - LNC : Accelerating the Evolution of Nonhuman Primate Neuroimaging

authors

  • Milham Michael
  • Petkov Christopher
  • Margulies Daniel
  • Schroeder Charles
  • Basso Michele
  • Belin Pascal
  • Fair Damien
  • Fox Andrew
  • Kastner Sabine
  • Mars Rogier
  • Messinger Adam
  • Poirier Colline
  • Vanduffel Wim
  • van Essen David
  • Alvand Ashkan
  • Becker Yannick
  • Ben Hamed Suliann
  • Benn Austin
  • Bodin Clémentine
  • Boretius Susann
  • Cagna Bastien
  • Coulon Olivier
  • El-Gohary Sherif Hamdy
  • Evrard Henry
  • Forkel Stephanie
  • Friedrich Patrick
  • Froudist-Walsh Seán
  • Garza-Villarreal Eduardo
  • Gao Yang
  • Gozzi Alessandro
  • Grigis Antoine
  • Hartig Renee
  • Hayashi Takuya
  • Heuer Katja
  • Howells Henrietta
  • Ardesch Dirk Jan
  • Jarraya Bechir
  • Jarrett Wendy
  • Jedema Hank
  • Kagan Igor
  • Kelly Clare
  • Kennedy Henry
  • Klink P. Christiaan
  • Kwok Sze Chai
  • Leech Robert
  • Liu Xiaojin
  • Madan Christopher
  • Madushanka Wasana
  • Majka Piotr
  • Mallon Ann-Marie
  • Marche Kevin
  • Meguerditchian Adrien
  • Menon Ravi
  • Merchant Hugo
  • Mitchell Anna
  • Nenning Karl-Heinz
  • Nikolaidis Aki
  • Ortiz-Rios Michael
  • Pagani Marco
  • Pareek Vikas
  • Prescott Mark
  • Procyk Emmanuel
  • Rajimehr Reza
  • Rautu Ioana-Sabina
  • Raz Amir
  • Roe Anna Wang
  • Rossi-Pool Román
  • Roumazeilles Lea
  • Sakai Tomoko
  • Sallet Jerome
  • García-Saldivar Pamela
  • Sato Chika
  • Sawiak Stephen
  • Schiffer Marike
  • Schwiedrzik Caspar
  • Seidlitz Jakob
  • Sein Julien
  • Shen Zhi-Ming
  • Shmuel Amir
  • Silva Afonso
  • Simone Luciano
  • Sirmpilatze Nikoloz
  • Sliwa Julia
  • Smallwood Jonathan
  • Tasserie Jordy
  • Thiebaut de Schotten Michel
  • Toro Roberto
  • Trapeau Régis
  • Uhrig Lynn
  • Vezoli Julien
  • Wang Zheng
  • Wells Sara
  • Williams Bella
  • Xu Ting
  • Xu Augix Guohua
  • Yacoub Essa
  • Zhan Ming
  • Ai Lei
  • Amiez Céline
  • Balezeau Fabien
  • Baxter Mark
  • Blezer Erwin L.A.
  • Brochier Thomas
  • Chen Aihua
  • Croxson Paula
  • Damatac Christienne
  • Dehaene Stanislas
  • Everling Stefan
  • Fleysher Lazar
  • Freiwald Winrich
  • Griffiths Timothy
  • Guedj Carole
  • Hadj-Bouziane Fadila
  • Harel Noam
  • Hiba Bassem
  • Jung Benjamin
  • Koo Bonhwang
  • Laland Kevin
  • Leopold David
  • Lindenfors Patrik
  • Meunier Martine
  • Mok Kelvin
  • Morrison John
  • Nacef Jennifer
  • Nagy Jamie
  • Pinsk Mark
  • Reader Simon
  • Roelfsema Pieter
  • Rudko David
  • Rushworth Matthew F.S.
  • Russ Brian
  • Schmid Michael Christoph
  • Sullivan Elinor
  • Thiele Alexander
  • Todorov Orlin
  • Tsao Doris
  • Ungerleider Leslie
  • Wilson Charles R.E.
  • Ye Frank
  • Zarco Wilbert
  • Zhou Yong-Di

document type

ART

2019/11/29 - LPC - Victoires de la Santé : prix espoir patient pour l'équipe de la chercheuse Pascale Colé

L'équipe de la chercheuse Pascale Colé (équipe Langage du LPC, CNRS, AMU) récompensée du prix espoir patient pour son travail sur la dyslexie

 

Article "La Provence"

2019/10/17 - « De la sensation de faim à la recherche de nourriture : quel est le circuit cérébral mis en jeu ? »

« De la sensation de faim à la recherche de nourriture : quel est le circuit cérébral mis en jeu ? »  est en ligne sur le site de l’INSB et sera relayée sur le compte Twitter de l’Institut Jeudi 17 Octobre 2019 à 16h00.

La vue d’un bon repas a un effet très différent selon que l’on soit affamé ou que l’on vienne de manger copieusement. La prise en compte de l’état métabolique nous conduit à adapter notre comportement à nos besoins physiologiques. Comment notre cerveau intègre-t-il ces informations avec celles qui prédisent que de la nourriture est disponible dans l’environnement ? Dans une étude parue dans la revue Current Biology, les chercheurs ont mis en évidence un circuit impliqué dans l’intégration de ces signaux intéro- et extéroceptifs, permettant d’adopter un comportement approprié...

https://insb.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/de-la-sensation-de-faim-la-recherche-de-nourriture-quel-est-le-circuit-cerebral-mis-en-jeu

 

2019/05/22 - LNSC - Seeing Your Foot Move Changes Muscle Proprioceptive Feedback

Multisensory effects are found when the input from single senses combines, and this has been well researched in the brain. Presently, we examined in humans the potential impact of visuo-proprioceptive interactions at the peripheral level, using microneurography, and compared it with a similar behavioral task. We used a paradigm where participants had either proprioceptive information only (no vision) or combined visual and proprioceptive signals (vision). We moved the foot to measure changes in the sensitivity of single muscle afferents, which can be altered by the descending fusimotor drive. Visual information interacted with proprioceptive information, where we found that for the same passive movement, the response of muscle afferents increased when the proprioceptive channel was the only source of information, as compared with when visual cues were added, regardless of the attentional level.

Behaviorally, when participants looked at their foot moving, they more accurately judged differences between movement amplitudes, than in the absence of visual cues. These results impact our understanding of multisensory interactions throughout the nervous system, where the information from different senses can modify the sensitivity of peripheral receptors. This has clinical implications, where future strategies may modulate such visual signals during sensorimotor rehabilitation.

 

Read More on Eneuro

2019/05/22 - NeuroFrance 2019 MARSEILLE, 22 • 24 MAY International meeting

Marseille, capitale des neurosciences du 22 au 24 mai 2019 ! Près de 1300 chercheurs, cliniciens et étudiants venus du monde entier partageront leurs travaux lors de NeuroFrance 2019, colloque international organisé par la Société des Neurosciences.

Un programme riche, avec 8 conférences plénières, 42 symposiums, 6 sessions spécialisées, 525 communications affichées, ainsi qu’une exposition avec 42 entreprises et sociétés de biotech-nologies, feront de ce colloque un moment exceptionnel pour mettre en lumière les avancées majeures scientifiques et technologiques sur le fonctionnement du cerveau.

La recherche en neurosciences à Marseille sera mise à l’honneur dans le « NeuroVillage », réunissant sur un même stand NeuroMarseille, Institut Thématique regroupant 10 laboratoires publics (plus de 900 personnes dans 71 équipes de recherche), NeuroSchool (nEURo*AMU), École des Neurosciences d’Aix-Marseille Université, et Dhune, neuropôle d’excellence pour les maladies neurodégénératives.

Une visite virtuelle 360° sera proposée aux congressistes pour les immerger au coeur des innovations neuroscientifiques marseillaises.
Enfin, la rencontre entre arts et neurosciences sera également mise en avant dans l’exposition « L’Art en tête », composée de cinq oeuvres originales créées par des artistes et des scientifiques.

2019/05/10 - LNC - Les dessous du GPS cérébral

De nouveaux travaux révèlent comment s’y prend notre cerveau pour nous permettre de nous déplacer en sachant toujours où nous sommes et vers où nous allons.

Se situer et s’orienter dans l’espace est essentiel à la survie de tout animal, humains compris. Dès les années 1940 le psychologue américain Edward Tolman1 a suggéré que cette faculté qui permet d’aller d’un point à un autre de façon optimale repose sur notre capacité à construire et à exploiter une carte mentale de notre environnement. Différents processus cognitifs régissent notre capacité de navigation dans l’espace : le repérage permanent de notre position, la représentation de l’environnement par la prise en compte des stimuli extérieurs et la préparation et l’exécution des trajectoires.
Comment notre cerveau et les réseaux neuronaux qui le constituent nous permettent-ils d’accomplir de telles fonctions ? À cette question fondamentale, les neurosciences cognitives apportent des réponses de plus en plus précises, comme en témoignent les récents travaux de l’équipe Cognition spatiale dirigée par Francesca Sargolini au Laboratoire de Neurosciences Cognitives (LNC) de Marseille2, publiés dans la revue Nature Communications3.

 

Les neurones du « où »

Deux types de neurones, d’abord identifiés chez le rat, sont connus comme étant les acteurs clés de la mémorisation et de la navigation spatiales : les cellules de lieu (ou place cells), localisées dans l’hippocampe, et les cellules de grille (ou grid cells) situées dans une autre région du cerveau appelée cortex entorhinal. Les premières, découvertes en 1971 par John O’Keefe, s’activent quand l’animal se trouve à un endroit précis de l’espace ; elles expriment ainsi une position unique, comme le « Vous êtes ici » sur le plan d’une ville. Quant aux cellules de grille, mises en évidence en 2005 par May-Britt et son époux Edvard Moser, elles s’activent en plusieurs endroits couvrant la totalité de l’espace exploré par l’animal, à l’image du quadrillage dessiné sur le plan d’une ville.

 

 

Lire la suite sur le site CNRS

Pages

Subscribe to RSS - FédérationRecherche3C Fédération3C