2019/05/10 - LNC - Les dessous du GPS cérébral

De nouveaux travaux révèlent comment s’y prend notre cerveau pour nous permettre de nous déplacer en sachant toujours où nous sommes et vers où nous allons.

Se situer et s’orienter dans l’espace est essentiel à la survie de tout animal, humains compris. Dès les années 1940 le psychologue américain Edward Tolman1 a suggéré que cette faculté qui permet d’aller d’un point à un autre de façon optimale repose sur notre capacité à construire et à exploiter une carte mentale de notre environnement. Différents processus cognitifs régissent notre capacité de navigation dans l’espace : le repérage permanent de notre position, la représentation de l’environnement par la prise en compte des stimuli extérieurs et la préparation et l’exécution des trajectoires.
Comment notre cerveau et les réseaux neuronaux qui le constituent nous permettent-ils d’accomplir de telles fonctions ? À cette question fondamentale, les neurosciences cognitives apportent des réponses de plus en plus précises, comme en témoignent les récents travaux de l’équipe Cognition spatiale dirigée par Francesca Sargolini au Laboratoire de Neurosciences Cognitives (LNC) de Marseille2, publiés dans la revue Nature Communications3.

 

Les neurones du « où »

Deux types de neurones, d’abord identifiés chez le rat, sont connus comme étant les acteurs clés de la mémorisation et de la navigation spatiales : les cellules de lieu (ou place cells), localisées dans l’hippocampe, et les cellules de grille (ou grid cells) situées dans une autre région du cerveau appelée cortex entorhinal. Les premières, découvertes en 1971 par John O’Keefe, s’activent quand l’animal se trouve à un endroit précis de l’espace ; elles expriment ainsi une position unique, comme le « Vous êtes ici » sur le plan d’une ville. Quant aux cellules de grille, mises en évidence en 2005 par May-Britt et son époux Edvard Moser, elles s’activent en plusieurs endroits couvrant la totalité de l’espace exploré par l’animal, à l’image du quadrillage dessiné sur le plan d’une ville.

 

 

Lire la suite sur le site CNRS